Ces quelques livres que j'ai commencé d'éditer reflètent quelques-unes de mes passions.

 

J'ai conté les raisons de ma passion pour la rhétorique dans la préface du livre, je vous invite donc à la lire !

Mon intérêt pour l'histoire des familles, et donc de « ma famille », a une double origine : ma passion pour la généalogie, assez ancienne (la petite histoire en est expliquée dans l'encadré ci-contre), et ma manie de l'iconographie, familiale ou autre.

J'ai également une passion pour les livres de voyage, en particulier du XIXe siècle, et son corollaire, l'orientalisme. L'édition de Souvenirs de l'Orient, du comte de Marcellus, en 2006, dont j'ai établi et annoté le texte, a été une grande aventure (voir rubrique Cy.ter éditeur).

 

J'ai ajouté une première pierre « photographique » à l'édifice, en réalisant ce petit livre de mes photos du métro, prises dans les années 1970. D'autres suivront... Plusieurs projets sont dans les cartons, leur avancement est lié à plusieurs facteurs dont le temps n'est pas le moindre !

À propos

Une quête généalogique

La passion de la généalogie débuta il y a un peu plus de trente ans quand, en compagnie de mon frère Michel, nous passions notre samedi matin dans le silence de la salle de lecture des Archives départementales de la Sarthe... Notre père nous parlait souvent de choses familiales, des anecdotes qui aiguisaient notre curiosité, des allusions à tel ou tel personnage... Je m'étais avidement jeté sur une valise de photographies jaunies venant de notre grand-mère Yvonne, qui venait de décéder en 1981. Ce fut le début : un petit arbre généalogique fut esquissé, partant de ces quelques renseignements livrés par nos parents, et divers carnets de famille retrouvés. La vie professionnelle mit tout cela entre parenthèse pendant quelques années... La passion resurgit vers 2008 avec le grand sursaut de la généalogie dû à l'Internet, les Archives départementales numérisant et mettant en ligne progressivement leurs registres paroissiaux et d'état civil, et les sites de généalogie mettant en contact tous les généalogistes...

Notre photographie

La photographie argentique à son apogée - Souvenirs et réflexions

d'un photographe

Yves Leboucher

126 x 203 mm

essai, broché,

couverture en bichromie

190 pages

2020

« Ça fait une impression bizarre que ce qui nous était familier il y a quelques années, se retrouve aujourd’hui, déjà, au musée... »

Nous y étions... C’était comme une révélation, un flash de cruelle réalité qui — en une fraction de seconde — s’offrait à nous dans sa dure évidence : nous y étions ! Nous avions traversé ces années de bouleversements profonds, et c’était fini ! — La mort de la photographie... Pas la mort de l’image, des images, des monceaux, des millions, des tsunamis d’images automatiques, obtenues en cliquant ou en appuyant bêtement sur un bouton, qui nous assaillent aujourd’hui de toute part...

Non : la mort de « la » — notre — Photographie.

Métropolitain

Yves Leboucher

Photographies noir-et-blanc

et couleur

190 x 190

broché, quadrichromie

34 pages

2016

Quoi de plus évident, pour accompagner ces photographies du métro, que j'ai réalisées au début des années 70, que le fameux texte de Raymond Queneau ? Même si un léger décalage de deux dizaines d'années est à prendre en compte. Mais l'atmosphère globale n'avait sans doute pas encore changé, quand j'arpentai ces couloirs, fraîchement arrivé de ma province mancelle : d'antiques trains des années 50, brinquebalants, aux banquettes de bois vernis, continuaient alors de rouler vaillamment sur les lignes les plus anciennes... mais, aussi, déjà, des stations toutes rénovées et des rames confortables en aluminium...

De Algérie en Vendômois

Yves Leboucher

210 x 260 mm

relié, quadrichromie

116 pages

2019

Voici le « livre de Jeanine », née à Souk-Ahras, Algérie alors française : c’est sa vie, des deux côtés de la Méditerranée, de Bône à Vendôme, qui est le point central de ce récit. L’histoire de ses ancêtres — ceux de « là-bas », les ancêtres Xicluna (nom éminemment maltais) ou Bolmio (nom à consonance italienne), et ceux restés en Métropole, les ancêtres Chapron... L’histoire d’« une » famille pied-noir, ensuite, soudainement plongée dans une période très troublée qui provoquera le déchirant retour en métropole, en juin 1962...

L’histoire, enfin, d’une famille française qui réussit à se reconstruire et à  s’agrandir — grâce à l’amour d’une mère ou grand-mère, Jeanine — pour finalement trouver son port d’attache en Vendômois.

De Malte en Vendômois

Yves Leboucher

210 x 260 mm

relié, quadrichromie

102 pages

2017

Avec le support des archives photographiques familiales, pour la plupart inédites, voici l’histoire de branches ancestrales sardes et maltaises, arrivées au XIXe siècle en Algérie alors française... Car c'est de l’archipel maltais, terre de Chevaliers, que la plupart de ces ancêtres sont originaires : ses sources généalogiques très particulières permettent de remonter très loin dans la noblesse européenne. Plus près de nous, c'est aussi et surtout l’histoire d’ « une »  famille pied-noire, soudainement plongée dans une période troublée qui provoquera le déchirant retour en métropole, en 1962...

Mémoire d'une famille sarthoise - Tableaux généalogiques

Yves Leboucher

210 x 260 mm

relié, quadrichromie

218 pages

2017

Fruit de nombreuses années de travail, l’arbre généalogique des Leboucher et des Vain, nos branches paternelle et maternelle, débute au tout début du XVIIe siècle... Mal conservés, beaucoup des registres paroissiaux ont subi les injures du temps : c’est donc ce qu’on a pu tenir pour certain, à partir des documents que le temps nous a légués, ce qu’on a pu déduire par d’audacieuses supputations, ce qu’on a pu retrouver grâce au travail d’autres généalogistes... Bref, toute une histoire... dont les « péripéties » vont également être dévoilées !

Précis de rhétorique et de stylistique

Yves Leboucher

lexique des termes littéraires

125 x 202 mm

broché, couverture en quadrichromie

120 pages

février 2017

Précis, c’est-à-dire court, concis et pratique : petit lexique des termes qualifiant les figures de style et les procédés rhétoriques, avec définitions substantielles et leurs sources, place dans l’histoire et les champs de la rhétorique, et exemples choisis ; augmenté d’une bibliographie.

Mémoire d'une famille sarthoise vol.3

Yves Leboucher

210 x 260 mm

relié, quadrichromie

44 pages

2016

En forme de catalectes, ce troisième volume de notre histoire familiale réunit les annexes promises : certains chapitres très courts — oublis, pépites, développements —, et d’autres plus consistants, comme les deux chapitres sur les cousins, maintenant un peu oubliés, avec de belles photos de mariage, des parents dont on parlait autrefois dans les repas dominicaux et dont le souvenir s’est évanoui... Mais aussi des archives curieuses — on pourrait parler de « petit patrimoine » : un acte notarié,

un livre exhumé, des cartes postales oubliées, un discours... Presque un inventaire à la Prévert !

Souvenir de la campagne de guerre 1914-1918

   Les albums de mon

   grand-père Charles

Yves Leboucher

210 x 260 mm

relié, quadrichromie

60 pages

2016

Maréchal des logis au 1er chasseurs à cheval, mon grand-père a traversé ces quatre années de guerre, de bruit et de fureur, en chevauchées, en reconnaissances, en harcèlements ; et des mois dans les tranchées, la boue, le froid, l'attente, la peur... Il a laissé deux albums, confectionnés

de sa main et finement légendés : deux cent cinquante petits tirages, la plupart très passés, y étaient collés . En suivant le fil de l'Historique du régiment, je suis heureux de pouvoir lui rendre hommage, en présentant dans ce livre un large choix de ses photographies, tentant ainsi de les sauver d'une inexorable disparition.

Mémoire d'une famille sarthoise vol.2

Yves Leboucher

210 x 260 mm

relié, quadrichromie

106 pages

2015

La suite de notre histoire familiale couvre une cinquantaine d’années, jusqu’au milieu des années 70. Cette fois, les matériaux n’ont pas manqué, quoique beaucoup de détails, de tranches de vies, se fussent déjà perdus... que les intéressés auraient pu nous narrer, eussions-nous pensé plus tôt à les interroger... Toutes ces « histoires » sauvées de l’oubli, ces souvenirs, fondateurs ou insignifiants, il me semblait important de les livrer, dans leur continuité temporelle, afin que cette « mémoire », maintenant rendue immarcescible, enrichisse l’élan que chaque génération nouvelle tâche de prendre, pour ajouter sa pierre à l’édifice commun.

Mémoire d'une famille sarthoise vol.1

Yves Leboucher

210 x 260 mm

relié, quadrichromie

106 pages

2014

Écrire l’Histoire d’une famille... Mais comment ? avec quelles traces, quels matériaux... sinon ceux, bien arides, que nous révèlent les recherches généalogiques... Aussi, certes, quelques reliques, objets ou documents parvenus jusqu’à nous, on ne sait par quel miracle. Et puis, datant pour les plus anciennes de la fin du XIXe siècle, des cartons de photographies jaunies... C’est bien peu. Je ne pouvais cependant me contenter d’aligner des noms et des dates : il fallait, à partir des maigres indices que le temps nous a légués, redonner un peu de vie à ces générations de nos ancêtres qui nous ont précédés, et sont véritablement une partie de nous-mêmes.

Tous droits réservésᅠᅠ © Yves leboucher, 2016-2021.

Toutes les photographies sont protégées par le Code de la Propriété Intellectuelle.

La reproduction, même partielle, de tout texte, image ou photo présents sur ce site est interdite sans autorisation préalable.